Blog

Les multi family office au cœur de la gestion de patrimoine

L’activité du multi family office ne peut être exercée que par une structure indépendante, selon une étude publiée par Agami auprès de professionnels du patrimoine.

L’activité du multi family office ne peut être exercée que par une structure indépendante, selon une étude publiée par Agami auprès de professionnels du patrimoine.

Pour près des deux-tiers des professionnels du patrimoine, l’activité du multi-family office ne peut être exercée que par une structure indépendante, justifiant une facturation en honoraires, selon une étude publiée par Agami*. Les professionnels interrogés considèrent que les services proposés par un multi-family office ne s’adressent pas exclusivement aux plus grosses fortunes : « près de 98 % d’entre eux ne voient plus le multi-family office comme un service élitiste, le seuil parfois évoqué de 20 millions d’euros n’ayant plus lieu d’être. 60% de ces professionnels du patrimoine considèrent d’ailleurs l’utilité de l’accompagnement d’un family office pour un patrimoine d’1 million d’euros », souligne Agami.

La totalité des professionnels du patrimoine voient un intérêt à travailler avec un multi-family office. Ils déclarent plébisciter ainsi l’intervention des multi-family offices en premier lieu sur des sujets d’ingénierie patrimoniale (91 %), de gouvernance familiale (70 %) et de contrôle des risques (61 %). Le conseil en investissement financier n’apparaît qu’en 7e position (51 %). La philanthropie, phénomène assez récent, représente déjà 32 %. « Obtenir une vision globale du patrimoine du client et augmenter leur proactivité sur les clients existants apparaissent comme les principales raisons invoquées à ce partenariat », selon l’étude.

*Etude menée par l’Observatoire du Family Office auprès de 500 professionnels du patrimoine (notaires, avocats et experts-comptables)